Les CV enjolivés peuvent être aisément détectés au moyen d’un dépistage adéquat Mike McSally,  July 24, 2015

Les CV enjolivés peuvent être aisément détectés au moyen d’un dépistage adéquat

Pour obtenir un avantage concurrentiel, certains candidats n’hésitent pas à courir le risque d’embellir leur CV. Les responsables du recrutement vigilants ont à cœur de les démasquer afin de préserver en définitive le temps, l’argent et la réputation de leur entreprise.

Tel est pris qui croyait prendre

Dans le monde professionnel actuel, la tendance à enjoliver son CV se répand de plus en plus. Selon un article paru en 2014 dans The Mirror, une enquête portant sur 1 932 demandeurs d’emploi au Royaume-Uni a révélé que 63 % des personnes interrogées ont admis avoir menti ou exagéré sur leur CV. 16 % des répondants ont même prétendu parler une autre langue, en dépit de la réalité.

Rien moins que 93 % des recruteurs ayant flairé le CV enjolivé ont décidé de ne pas embaucher le candidat pour ce motif. Il est plus que probable pour toute personne ayant menti sur son CV et qui serait démasquée à l’issue de son embauche, qu’elle subisse le même sort que Scott Thompson, ex-PDG de Yahoo, licencié pour ce motif.

Principaux mensonges

Selon Forbes, les principaux mensonges que l’on retrouve dans les CV sont les suivants :

  • se prévaloir d’un diplôme qu’on n’a pas décroché
  • exagérer les chiffres
  • gonfler le salaire précédent
  • jouer avec les dates
  • enjoliver les intitulés de poste

S’il est important de vérifier et de valider les capacités techniques des candidats, il est également important de vous assurer de l’exactitude des autres informations portées sur leur CV.

Les entreprises possèdent généralement des valeurs fondamentales et ne peuvent pas tolérer de confier des responsabilités à des personnes capables de telles informations mensongères. Comment mettre au jour ces problèmes ? Les entreprises procèdent presque systématiquement à une vérification des références avant de faire une offre à un candidat. Combien de temps, d’efforts et d’énergie sont gaspillés tout au long du processus de gestion des entretiens si l’action est finalement abandonnée faute de crédibilité du candidat ?

Éléments de réflexion

  • Si tant de CV sont émaillés de fausses informations, pourquoi le CV reste-t-il la première étape du processus de recrutement ?
  • Avez-vous la certitude que vos recruteurs vérifient les connaissances et les compétences des candidats préalablement aux entretiens ?
  • Quelle est l’efficacité de votre processus de gestion des entretiens pour écarter les candidats non qualifiés ?
  • Avez-vous contrôlé l’efficacité de votre méthodologie de gestion des entretiens ? Collectez-vous des données pour évaluer la fréquence d’utilisation de votre méthodologie par les gestionnaires hiérarchiques ?
  • Aujourd’hui, alors que l’adéquation culturelle a pris une importance majeure, comment pouvez-vous vous assurer que votre méthodologie de gestion des entretiens est en phase avec la culture et les valeurs de votre entreprise ?

Concernant Scott Thompson, son cabinet de recrutement et lui-même se rejettent mutuellement la faute. En définitive, il est extrêmement important, à mon sens, que le recruteur puisse faire confiance à ses candidats. Je pense en outre que les entreprises devraient vérifier la capacité de tous leurs partenaires en matière de recrutement à proposer d’excellents candidats, qui possèdent véritablement les qualifications voulues.

Alors que Scott Thompson et son cabinet de recrutement se rejettent mutuellement la responsabilité, je vous recommande fortement d’élaborer des méthodes concrètes pour tenir vos recruteurs responsables des candidats qu’ils retiennent.


comments powered by Disqus